moment catholique

©2018 Moment Catholique

  • Twitter
  • Youtube
  • White Facebook Icon
  • Robert LeBlanc

Pourquoi les catholiques jeûnent-ils ?



Pourquoi est-ce que les jours où je jeûne, je ne pense que à la nourriture? Cela n’aide pas non plus lorsque tous les panneaux d’affichage sont destinés aux restaurants, que toutes les publicités à la télé représentent le fast-food et que ma liste de courses comprend un voyage à l’épicerie.


Malgré toutes les tentations, je jeûne quand même.


Puisque le Christ nous met en garde de venter notre jeûne: « Et quand vous jeûnez, ne ressemblez pas aux hypocrites, car ils se défigurent le visage pour montrer aux autres qu’ils jeûnent » (Mt 6,16) à chaque fois que je jeûne, je le dirai discrètement à ma femme et à mon fils, afin qu’ils soient respectueux et compréhensifs, mais je ne me promène pas dans la ville avec un panneaux autour du cou qui indique : Ne nourrissez pas le catholique. À cause de ceci, il arrive généralement un moment dans la journée où je devrais expliquer poliment que je jeûne si quelqu'un insiste généreusement que je prenne quelque chose à manger.


Pour un non-catholique, le jeûne pourrait être l’une de nos pratiques de notre foi les plus déroutantes. Prendre la décision consciente de ne pas manger, en particulier dans notre société axée sur la consommation, semble aller à l'encontre de l'ordre naturel. Bien que les catholiques puissent et voudront jeûner pour diverses raisons tout au long de l’année, cette pratique pénitentielle se manifeste chaque année pendant la saison du carême.


Cela soulève donc la question: pourquoi les catholiques jeûnent-ils ?


La réponse courte est d'être comme le Christ.


Dans tout ce que nous faisons, les chrétiens sont appelés à imiter le Christ. Que ce soit pour aimer nos voisins, nos ennemis, pour apporter notre Croix ou pour pardonner aux autres ; il nous est demandé de suivre le chemin du Christ, aussi difficile et impossible que cela puisse paraître. Ainsi, pendant les 40 jours du carême, nous sommes appelés à imiter les 40 jours de Christ dans le désert, en jeûne et en prière.


« Ensuite, Jésus fut conduit par l'Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Il a jeûné pendant 40 jours et 40 nuits, et ensuite il a eu faim. » (Mt 4,11)


On pourrait penser que les catholiques sont appelés à une tâche impossible: ressembler au Christ pendant le carême et passer 40 jours sans rien manger (bien que je pense avoir accumulé assez des réserves autour de mon ventre pour pouvoir le faire). Heureusement, les règles sur le jeûne ne vont pas aussi loin. Bien que la Conférence des évêques catholiques du Canada ne donne pas de directives spécifiques sur le jeûne (réclamant seulement une réduction de la quantité et de la richesse des aliments consommés), la règle générale est qu'on devrait prendre un repas complet par jour, avec deux repas plus petits, et lorsque ces deux petits repas sont combinés, leur totalité ne dépasse pas le montant du repas complet. Vraiment, ce n’est pas extraordinaire pour la plupart d’entre nous. La partie avec laquelle j'ai le plus de difficulté est le non-grignotage !


Donc, à part de l'imitation du Christ dans le désert, il faut se demander à nouveau: pourquoi les catholiques jeûnent-ils ?


Au fil des années, j'ai trouvé que la raison d'être du jeûne catholique est tripartite :


· la pénitence

· la prière

· l’action de grâce



La pénitence


Le carême est une saison où nous nous familiarisons avec notre état de péché afin de pouvoir réclamer le pardon et la miséricorde de Dieu. La gourmandise est un péché que moi-même, comme beaucoup dans notre société de consommation, j’affronte quotidiennement. Ce n’est pas que nous ne soyons pas supposés d’apprécier la beauté délicieuse de la création de Dieu, c’est juste les quantités copieuses dont nous jouissons. La sensation de faim que je ressens tout au long de la journée, en particulier au moment où j’ai l'habitude de prendre un petit casse-croûte (mais pas trop petit), me rappelle de mon penchant pour le péché et invite le Saint-Esprit à m’aider à éviter la tentation.



La prière


La prière, le jeûne et l'aumône sont les trois piliers du carême, et tous les trois sont interdépendants. Le jeûne nous amène à une prière plus attentive. Quand je jeûne avant la messe ou l'adoration, on me rappelle que « l'homme ne vit pas que du pain » (Mt 4,4) et que j'ai faim du Seigneur dans l'Eucharistie. Quand je jeûne et que j'ai surmonté le problème de mon obsession de la nourriture, cela me laisse plus de temps et la capacité de me concentrer sur la prière. Enfin, alors que je passe ma journée et que la faim me touche entre les repas, je l’utilise comme un rappel pour dire une prière rapide : Jésus, j’ai confiance en toi ! ou Aie pitié de moi, un pécheur ! ou Seigneur, j'ai faim de toi ! ou Il n'y a pas de vertu sans tentation ! (Saint Augustin) ou quelque chose d’autre selon l’inspiration du Saint Esprit.



L’action de grâce


Soyons honnête… La plupart d’entre nous qui vivons en Europe ou en Amérique du Nord n’avons jamais vraiment connu la faim. Il se peut que nous ayons faim de temps en temps, mais nous n’avons jamais fait l'expérience de la sensation d’un vraie faim. Un de mes anciens étudiants a fait une mission au Zimbabwe ; il a raconté comment des enfants marcheraient pendant des kilomètres pour avoir la chance de prendre leur seul repas de la journée - un bol de gruau et, s'il n'y en avait pas assez, ceux qui se trouvaient au bout de queue haussaient les épaules et rentraient chez eux, seulement pour revenir le lendemain dans l’espoir d’y arriver à temps pour manger quelque chose. Manquer votre seul repas par jour… c'est de la vraie faim. Dans le grand schéma, deux petits repas et un repas de taille régulière n’est pas un grand sacrifice. Ces petites douleurs de faim que je ressens tout au long de la journée sont un rappel de la vie vraiment bénie que je mène et du fait que je dois faire plus pour aider ceux qui sont moins chanceux.



Les catholiques ne doivent vraiment jeûner que deux jours par an: le mercredi des cendres et le vendredi saint. Traditionnellement, les catholiques pratiquaient le jeûne et l’abstinence (sans manger de viande) les vendredis pendant le carême et pour beaucoup, il s’agissait d’une pratique les vendredis tout au long de l’année. Si nous devions retourner dans l’Église primitive, au cours des années de formation des Pères de l’Église, la pratique était de jeûner deux jours par semaine : les mercredis (lorsque Judas a pris dans son cœur de trahir Jésus) et les vendredis (lorsque Jésus est mort sur la Croix) .


Peu importe que l’on choisisse de ne jeûner que les deux jours par an requis, pendant le carême, tout au long de l’année, ou même d’ajouter des jours de jeûne et d’abstinence pour diverses raisons. Nous devons nous rappeler que le jeûne n'est pas simplement un programme de perte de poids catholique, mais une pratique sacrée nous appelant à la pénitence, à la prière et à l'action de grâce.



73 views